Si vous voulez vous amuser tout en développant votre pouvoir en tant que féministe, je vous propose : Votre antiféministe, nos répliques : de l’humour à l’affrontement physique, par Mélissa Blais et Marie Soleil Chrétien de l’R regroupement des centres de femmes du Québec, un livre du CFP.

Pourquoi un tel livre? Selon les auteures, parce qu’en tant que féministes nous sommes souvent la cible de propos désobligeants, de blagues sexistes, de paroles visant à nous « remettre à notre place », soit en-dessous du mâle.

Dans cet ouvrage, sept différentes tactiques de ripostes ont été retenues à partir de la recherche de l’R ; elles sont des outils d’autodéfense contre les attaques antiféministes :

1 – L’humour et le sarcasme : répliquons à l’aide d’une bonne blague ou par la caricature. Par exemple, une répondante à qui on reprochait aux femmes d’être irrationnelles répond : « Et moi, mon mémoire je l’ai écrit avec mes ovaires et mes émotions, peut-être »?

2 – Les réponses cérébrales ou l’argumentation : la plupart du temps, les répliques accompagnées de connaissances précises désamorcent les antiféministes. Exemple : si quelqu’un se dit contre le féminisme, on peut répondre : « Le féminisme est pour l’égalité ; tu es contre l’égalité ? »

3 – « Va t’éduquer » : comme le féministe se doit d’être une lutte collective, ne nous mettons pas la charge sur les épaules d’éduquer les antiféministes. Nous pouvons leur suggérer des livres, des textes, des vidéos.

4 – Silence et rupture : se taire ou rompre avec les antiféministes peut nous protéger contre des attaques, des conflits ou une violence blessante.

5 – Confronter les normes de genre : les antiféministes veulent clairement délimiter deux sexes. Critiquons les rôles traditionnels et manifestons une éducation non genrée.

6 – La force du nombre : une seule baguette de bois est facile à casser, cent rassemblées plus difficiles à briser. Ensemble nous sommes plus fortes.

7 – La réplique physique lors d’une agression : défendons-nous ! Utilisons notre force contre les parties faibles de l’adversaire. Cela crée un élément de surprise à notre avantage.

Finalement, varions nos manières de réagir face aux attaques antiféministes afin d’être plus efficace.

Je ressors de ma lecture plus aguerrie face aux antiféministes. J’ai éprouvé beaucoup de plaisir, d’entrain et d’enthousiasme, en lisant ce petit livre de 62 pages, avec ses blagues, ses astuces audacieuses pour nous défendre et répliquer. Alors bonne lecture!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.